•  

    Edwin Miurden est le fils de Jaden et Gregor, de puissants sorciers dévoués à la magie noire, condamnés par Uther Pendragon à mourir sur le bûcher à l’époque de la Grande Purge.

    Il apparait dans l’épisode 6 de la saison 1 intitulé « Un remède à tous les maux ». On ignore pourquoi la partie droite de son visage est brûlée, on sait juste que Gaius l’a soigné autrefois et que, par conséquent, tous deux se connaissent.

    Edwin est le tout premier personnage à apparaitre dès les premières secondes de l’épisode où on le voit ouvrir une boite renfermant toute une colonie de scarabées (appelés « Scarabées de Lantia ») auxquels il donne vie d’une simple invocation magique. Il se saisit ensuite d’un de ses scarabées qu’il cache dans un lys blanc avant de faire envoyer le bouquet à Dame Morgane qui tombe malade peu de temps après.

     

    Devant la maladie de la jeune femme, Gaius ne trouve aucun remède et a le regret d’informer Uther que ce n’est plus qu’une question de temps. Et tandis que Merlin propose de la guérir par la magie, Gaius le lui interdit : la maladie contractée par Morgane est naturelle, il doit donc en être de même avec les soins !

      

    Lorsque le Roi découvre que sa Bien-aimée pupille est condamnée, Arthur lui parle alors de ce jeune homme au visage brûlé qu’il a rencontré le matin même dans la cour de Camelot et qui lui a avoué pouvoir soigner tous les maux.

    Une rencontre est alors organisée mais Gaius devient très vite suspicieux, persuadé d’avoir déjà vu ce visage quelque part. Une fois conduit dans la chambre de Morgane, Edwin demande à être seul ! Tous sont donc invités à sortir y compris Merlin. Guenièvre arrive quelques temps plus tard et découvre Edwin occupé à « soigner » Morgane. Une fois son travail effectué, l’homme montre un mouchoir couvert de sang à Uther et révèle que Morgane n’a nullement une inflammation du cerveau (ce que Gaius affirmait) mais une hémorragie cérébrale.

    Morgane d’aplomb, Gaius vient lui demander comment Edwin a pu la soigner aussi rapidement alors que lui, médecin de la cour depuis pourtant 25 ans, n’avait trouvé aucun antidote. Mais la jeune fille ignore les soins prodigués par Edwin. Elle sait juste qu’il l’a sauvée et qu’elle lui est redevable !

    Gaius alors suspicieux ira trouver directement Edwin et l’interrogera sur sa cicatrice. Il lui demandera aussi les ingrédients qui composent son remède car le vieil homme, fin savant, a soif d’apprendre.

    En parallèle et pour le remercier d’avoir sauvé sa pupille, Uther propose à Edwin d’épauler Gaius dans ses recherches et quêtes médicinales, ce que le jeune homme refuse poliment. Pendant ce temps, Gaius part trouver Geoffrey afin de consulter les archives royales datant de la Grande Purge.

      

    Merlin, quant à lui, désire parler à Edwin mais trouve sa chambre vide. Il découvre également la boite contenant les scarabées inanimés et, en récitant l’incantation gravée au dos de la boite, découvre effaré que les insectes ont pris vie. Edwin arrive et rendort ses « précieux amis ». Merlin comprend alors que le garçon est lui-même magicien. Edwin va alors lui demander si lui aussi possède des dons magiques, ce que Merlin niera mais quelques secondes plus tard, alors mis en confiance, il lui montrera l’existence de ses dons. Edwin ajoutera également que la magie est bénéfique et que les sorciers ne doivent pas se cacher car c’est grâce à l’un d’entre eux si Morgane a aujourd’hui la vie sauve.

      

    Le soir même, Geoffrey qui avait jusque là refusé de donner le livre que cherchait Gaius, vient le trouver directement dans son atelier et lui remet alors le fameux volume tandis qu’un diner a lieu entre Uther et Edwin. L’homme le met alors en garde contre les remèdes donnés par Gaius pour soigner la vieille blessure de guerre du Roi, semant encore plus le doute chez Uther qui lui demande alors de garder un œil sur Gaius.

    Le lendemain, Gaius vient trouver Edwin et lui fait part de sa découverte. Il sait désormais tout de lui et fera tout son possible pour le dénoncer auprès d’Uther car le vieil homme a compris qu’Edwin n’est là que par vengeance. Mais le sorcier exerce alors une pression sur lui et lui révèle que s’il le dénonce auprès d’Uther, il n’hésitera pas, de son côté, à dénoncer Merlin qui sera lui aussi condamné sur le bûcher. Gaius, effaré, demande alors à Edwin s’il serait ainsi capable de dénoncer un ami, ce à quoi le sorcier lui répond oui, car Gaius lui-même n’avait pas hésité à en faire de même avec ses parents, au temps de la Grande Purge.

    Après avoir minutieusement préparé sa vengeance, Edwin trouve Uther et lui révèle que les dossiers médicaux jusqu’alors établis par Gaius sont tous désastreux car les méthodes employées par le vieil homme ne sont plus d’époque. Morgane et Arthur s’opposent alors au renvoi de Gaius, ayant une confiance aveugle en lui mais Uther, naif et aveugle, refusera de les écouter.

    Le soir même, tandis que Merlin dort, Gaius se rend dans les souterrains du château trouver Kilgarrah.

    « C’est étrange qu’un homme puisse devenir aussi vieux en ayant changé aussi peu !  Il vous a fallu 20 ans, presque le cours d’une vie, pour faire le long voyage jusqu’au lieu d’où vous venez. »

    La Créature lui explique alors que les vrais dons de Merlin ne pourront être révélés que lorsque le Règne d’Uther aura sonné. Gaius comprend alors que le Dragon lui conseille simplement de ne pas agir et de laisser le Roi mourir, ce qu’il refuse !

    « Alors fermez les yeux. Tel est votre talent après tout ! »

    A son retour, Arthur part trouver Gaius et l’emmène auprès de son père qui annonce son renvoi au profit d’Edwin. A l’annonce de son départ, Merlin, effondré, refuse de le laisser partir.

    « Merlin tu es comme un fils pour moi. Je ne m’attendais pas à une telle bénédiction à l’âge que j’ai. »

    « Et vous êtes plus qu’un père pour moi ! »

    « Alors en tant que père, je dois te dire qu’il faut que tu reste ici ! »

    « Mes dons ne valent rien si vous n’êtes pas là pour me guider ! »

    « Tu as un grand destin. Si j’ai pu y jouer un tout petit rôle, j’en suis vraiment heureux ! »

    Merlin décide alors de se battre contre son renvoi et trouve Arthur qui lui fait part des dossiers « bourrés d’erreurs » de Gaius (chose absurde et impensable pour Merlin !)

    En voyant Gais partir, Guenièvre vient à sa rencontre. Elle lui avoue ne pas avoir confiance en Edwin car il n’y avait aucune trace de sang dans l’oreille de Morgane et lui dit mot pour mot qu’il est même responsable, que c’est lui qui a crée volontairement cette hémorragie cérébrale. Elle supplie Gaius de rester à Camelot mais ce dernier refuse.

    « Dans la vie, on a toujours le choix. Parfois il arrive qu’on pense qu’on ne l’ait pas ! »

     

    A Camelot, de nouveaux remèdes sont prescrits à Uther pour soigner sa blessure à l’épaule. Alors dans son lit, le Roi se trouve dans l’impossibilité de bouger après l’absorption du flacon. Edwin lui fait alors face et lui avoue ses véritables intentions.

    « Vous êtes celui qui m’a volé mon enfance ! Et à présent enfin, je vais venger mes parents ! En l’espace de quelques heures, ces scarabées dévoreront votre cerveau et vous souffrirez comme ils ont souffert ! Et j’ai hâte de vous entendre hurler comme ils ont hurlé, le soir où vous avez ordonné qu’on enflamme le bûcher. Grâce à votre mort, la magie va revenir à Camelot ! Adieu Uther Pendragon ! »

     

    Mais Gaius, incapable de partir comme un lâche, sans rien faire, revient à la Cour et se retrouve devant Edwin, à nouveau dans sa chambre.

    « Je ne vous laisserais pas tuer Uther ! »

    « Laissez mourir les gens ne vous a jamais gêné ! »

    « Vos parents pratiquaient une forme de magie noire, tout comme vous ! »

    « Et comment espérez-vous m’en empêcher ? »

    Face à cette ultime question, Gaius se décide à utiliser la magie mais la force du vieil homme n’est plus ce qu’elle était et Edwin l’envoie sans la moindre difficulté s’écraser contre un pylône, d’un simple claquement de doigts.

    Une autre invocation et c’est tout un feu qui encercle Gaius.

    Pendant ce temps Arthur accourt vers Merlin et lui demande de l’aider à trouver Edwin car son père a contracté la même maladie que Morgane.

    Le jeune sorcier découvre alors Edwin face à Gaius, toujours entouré par des flammes dévorantes.

    « Qu’est ce que vous faites ? »

    « Il tentait de tuer le Roi. Je ne pouvais pas le laisser faire. »

    « Je peux gouverner le Royaume maintenant. Joins tes forces aux miennes et nous pourrons êtres tout puissant ! »

    « Relâchez cet homme ! »

    « Tu l’auras voulu Merlin ! »

    Un combat s’engage alors. Edwin envoie par simple télékinésie une hache vers Merlin qui résiste et réussit à retourner l’arme contre son adversaire.

    Edwin ainsi vaincu, les flammes s’éteignent mais le travail n'est pas fini. Il faut maintenant sauver Uther. Gaius et Merlin se rendent donc dans la chambre du Roi et le jeune magicien se voit contraint d'utiliser la magie pour le sauver. En effet les scarabées de Lantia pénètrent dans le cerveau de la personne qu'ils dévorent petit à petit jusqu'à la mort.

    La confiance restaurée et le Roi sauvé, Gaius retrouve son poste de Médecin de la Cour.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique